« The Corsair », la nouvelle cuvée en réalité augmentée du Château Laffitte Carcasset, raconte l’histoire du célèbre corsaire Jean Laffite

TheCorsair_Etiquette_HD Château Laffitte Carcasset, cru bourgeois à Saint-Estèphe lance « The Corsair », une cuvée destinée au marché export qui fait référence à Jean Laffitte, célèbre corsaire originaire du médoc, considéré comme un héros de guerre aux Etats-Unis. C’est aussi un clin d’œil qui rend hommage à son homonyme et peut-être cousin, Jean Laffitte qui fonda le domaine viticole de Laffitte Carcasset au 18ème siècle. Le lancement de cette cuvée s’accompagne d’une étiquette innovante et pionnière puisqu’il s’agit de la première étiquette en réalité augmentée à Bordeaux. Grâce à l’application gratuite SnapPress, l’étiquette prend vie et nous raconte l’histoire énigmatique et passionnante du corsaire Jean Laffitte. Cette innovation traduit l’esprit de dynamisme de Château Laffitte Carcasset qui depuis son rachat récent par Pierre Rousseau, homme d’affaire français passionné de grands vins, entreprend un programme de rénovation et restructuration des bâtiments et du vignoble afin d’emmener la propriété à son plus haut niveau.

La genèse du projet, « Jean Laffitte » une convergence historique

D’un côté il y a Jean Laffite dernier pirate des Caraïbes né d’après son biographe William C. Davis en 1780 près de Pauillac. Un personnage dont l’histoire s’entoure de mystères. Au 18ème siècle, Pauillac est l’avant-port de Bordeaux où de nombreux girondins partent à l’aventure faire fortune dans le nouveau monde. Jean Laffite en fait partie. Il quitte la France pour rejoindre les Caraïbes. Corsaire bien connu aux Etats-Unis, Jean « Laffite » ou « Laffitte » selon les documents, croise à Saint-Domingue avant de fonder un repaire de  pirates situé dans les bayous de la Nouvelle-Orléans. Il devient le héros de la Louisiane en aidant les américains à repousser l’envahisseur anglais lors de la bataille de 1815. Aujourd’hui encore, l’histoire de ce dernier pirate des Caraïbes très connu outre atlantique, continue de fasciner.

A la même époque, un autre Jean Laffitte achète en 1781 le vignoble existant au lieu-dit « Carcasset » situé au cœur de Saint-Estèphe et donne son nom à la propriété qu’il transmet à ses enfants. Mais l’histoire se perd après la révolution française. La famille conserve cependant des intérêts au Cap Français à Saint-Domingue.  De ces convergences historiques est née l’idée de la cuvée « The Corsair ».

Une étiquette pionnière en réalité augmentée lisible avec l’application SnapPress

SnapPressComme tout bon corsaire, la cuvée « The Corsair » devait sortir des sentiers battus et explorer de nouveaux territoires. Cette première étiquette en réalité augmentée à Bordeaux, constitue un outil de communication innovant permettant de lire son contenu sur l’écran du portable ou d’une tablette via l’application gratuite SnapPress. En scannant l’étiquette sur laquelle figure la reprise du portrait du corsaire Jean Laffitte et la signature du propriétaire de Château Laffitte Carcasset, une animation vidéo se déclenche et met en scène l’histoire de Jean Laffite. Château Laffitte Carcasset a travaillé avec l’agence POSQA, une start-up spécialisée dans l’accompagnement et la mise en place de projets en réalité augmentée. Cette agence est en étroite collaboration avec SnapPress, le n°1 en France et en Europe sur le marché de la Réalité Augmentée sur supports print.

« The Corsair » à la conquête de l’export

 Malgré un contexte politico-économique peu favorable, la cuvée « The Corsair » conçue comme une marque, s’adresse en première cible au marché export. Les objectifs sont d’attirer des consommateurs jeunes et connectés en proposant un produit de qualité issu de parcelles sélectionnées de Château Laffitte Carcasset. Capitalisant sur le millésime 2016 qui sera le millésime de lancement et son assemblage (60% de Cabernet Sauvignon), « The Corsair » se donne toutes les chances de réussir son abordage sur les marchés exports.

 

 

 

 

Les châteaux de Saint-Estèphe donnent rendez-vous à leurs partenaires commerciaux pour la dégustation du millésime 2017

APEstepheA4.inddPour son rendez-vous annuel avec les professionnel bordelais le 2 décembre prochain, l’appellation Saint-Estèphe présentera le dernier livrable, c’est à dire le millésime 2017, particulièrement réussi. En réunissant la totalité de ses châteaux, c’est à dire une cinquantaine de propriétés parmi les crus classés, crus bourgeois, crus artisans et hors classés, l’appellation Saint-Estèphe est fière de montrer une unité rare au sein du médoc et de maintenir ce lien primordial avec ses partenaires commerciaux en montant ce qu’elle sait faire de mieux, ses vins. Ce rendez-vous qui a lieu chaque année en début décembre est aussi une occasion unique de re-déguster un millésime sur l’ensemble d’une appellation.

Retour sur un millésime précoce qui a bénéficié de la bienveillance du fleuve. 2017, à Saint-Estèphe, a conjuré le sort des millésimes en « 7 » et ce malgré le ressenti lié au triste  épisode du gel de fin avril et aux précipitations avant les vendanges qui ont pu imprégner nos souvenirs. C’est un millésime qu’il convient de regarder de près si l’on souhaite comprendre sa vérité et sa complexité. Car si l’on ne peut parler d’homogénéité du millésime 2017 dans le bordelais tant la nature s’est montrée capricieuse et injuste pour certains, en ce qui concerne l’appellation Saint-Estèphe Dame Nature s’est montré clémente en donnant un millésime où qualité et quantité sont réunis. Avec ses terroirs propres à faire de grands vins, l’ensemble de l’appellation  a été épargnée par le gel survenu le 27 et 28 avril. De ce fait les déclarations de récolte ont présenté des rendements quasiment identiques à ceux de 2016.

Un autre facteur important du millésime est sa précocité. En effet 2017 est un des millésimes les plus précoces de l’histoire grâce en particulier à un excellent mois de juin qui a favorisé une homogénéité phénolique remarquable de la floraison aux vendanges. Malgré une météo éprouvante début septembre, la qualité était bien au rendez-vous et les viticulteurs stéphanois sont fiers de présenter aujourd’hui leur 2017 qui sans aucun doute vieillira en toute quiétude et réjouira pour longtemps nos papilles !

 

Montrose poursuit sa route verte !

MontroseTracteursElecriques

Château Montrose fait un pas de plus dans sa démarche environnementale globale avec son nouveau tracteur électrique équipé de la technologie d’injection directe PiiX-e 100% électrique opérationnel dès la saison prochaine pour les traitements en Bio du vignoble.

30% du parc à tracteurs est électrique, objectif 100% en 2028

S25 -CH.MONTROSE-12072018-185 - CopieAvec l’achat d’un quatrième tracteur électrique Kremer T4E, Château Montrose augmente progressivement son passage à l’électrique dont l’objectif est le 100% électrique pour 2028. Ces enjambeurs écologiques présentent de nombreux avantages dans leur conception, leur utilisation et leur entretien. Les batteries LFP (Lithium Fer Phosphate) ont une grande autonomie, une longue durée de vie et un recyclage facile.
De plus, ces tracteurs, 20% plus légers que leurs équivalents thermiques, très silencieux et ergonomiques, offrent un bien meilleur confort de conduite.
Un projet unique à Bordeaux

Développée par la start-up Diimotion en partenariat avec les équipes R&D du domaine, cette technologie de haute précision dans sa version électrique adaptée à la viticulture répond aux exigences environnementales de la propriété, soucieuse de préserver son vignoble et de limiter son empreinte Carbone.
Si la pulvérisation directe est un procédé connu depuis plus de 15 ans, sa version tout électrique est l’aboutissement d’une réflexion menée par la start-up Diimotion, initiée et soutenue par Château Montrose. Adaptée dès la saison prochaine aux tracteurs enjambeurs de la propriété, sa mise en place est une véritable innovation.

Un système de pulvérisation nouvelle génération

MontrosePulveCe principe de pulvérisation électrique, associé aux engins déjà électriques de Château Montrose permettra une baisse de consommation d’énergie (divisée par 5 par rapport aux turbines hydrauliques classiques) et améliorera le Bilan Carbone de la propriété.
Le système d’injection directe PiiX-e (Diimotion) consiste à pulvériser et doser la matière active dans les parcelles avec une grande précision. Le mélange des cuves se fait automatiquement, à la demande, ce qui évite la gestion des fonds de cuves et les pertes de produits. L’homogénéité constante du dosage associée à la capacité de moduler les doses assurent un gain d’économie et de productivité.

Par ailleurs, l’absence de manipulation des produits limite considérablement les expositions des équipes et apporte un vrai confort à l’utilisateur.
Des capteurs positionnés sur la rampe effectuent une lecture du végétal. Reliés aux électrovannes dont ils contrôlent chaque buse, ils garantissent un traitement sur mesure en régulant la pulvérisation en fonction de la détection ou non de surface foliaire.

Une parfaite maitrise du vignoble

La technologie d’injection présente un intérêt renforcé lorsqu’elle est associée à une bonne connaissance du vignoble. Depuis 2006, Château Montrose a mené une étude approfondie de son terroir comprenant l’identification des unités pédologiques et l’analyse du comportement intra parcellaire du matériel végétal assorti d’une mise en évidence des zones hétérogènes de sensibilité à la maladie. Ces différentes études ont permis de collecter un grand nombre de données précieuses qui viendront, dès la campagne prochaine, optimiser le fonctionnement de l’injection directe.

L’adaptation de la technologie d’injection directe sur les tracteurs électriques de Montrose est l’une des nombreuses mesures de la stratégie environnementale globale du domaine qui souhaite profiter des avancées technologiques pour mieux protéger ses équipes et son vignoble et garantir la préservation de son terroir unique.

Vendanges 2019, Montrose passe à la vitesse supérieure avec le lancement « grandeur nature » du recyclage du CO2 et son passage au 100% Bio.

Avec ces deux nouvelles mesures inscrites dans la stratégie environnementale globale initiée dès son rachat en 2006 par Martin et Olivier Bouygues, Château Montrose atteint son objectif 2019 : limiter significativement l’impact de son activité sur l’environnement avec le recyclage en masse du CO2 issu des fermentations alcooliques et confirmer son passage au 100% Bio.
Lancement « grandeur nature » du recyclage du CO2

8 - KHCO3-68
©Saison d’or

Expérimenté en 2018, le procédé de valorisation du CO2 issu des fermentations alcooliques consiste à faire réagir du CO2 avec du carbonate de sodium ou potassium pour produire du bicarbonate. Pour les vendanges 2019, la captation du dioxyde de carbone et sa transformation devrait produire jusqu’à 15 tonnes de bicarbonate de sodium et de potassium.
Mis au point par la société Alcion environnement, le recyclage du CO2 a fait ses preuves et apparait comme une solution à privilégier pour réduire encore l’empreinte carbone du domaine. L’installation consiste en un réseau de colonnes de captation à la sortie des cuves et de traitement des gaz émis lors des fermentations.
Valorisé en interne, le bicarbonate de sodium est ensuite utilisé au chai comme détergent. D’autres valorisations externes du bicarbonate de sodium sont étudiées, notamment pour alimenter le marché de production de la spiruline.

2019, premières vendanges 100% bio

Les nombreuses expérimentations menées par les équipes techniques depuis 2013 accompagnées des mesures prises pour préparer progressivement le terroir à sa conversion à une viticulture biologique en continuant de produire le meilleur, ont permis à Château Montrose d’atteindre son objectif 2019 : une vendange 100% Bio. Le développement de la biodiversité, la capitalisation sur ses écosystèmes, ses sols, sont autant de mesures « vertes » qui ont accompagné cette transition.
Fidèles à Montrose depuis près d’un demi-siècle la troupe de 100 vendangeurs andalous, originaire du village de Pruna, débutera la première récolte Bio des 95 ha du domaine à partir du 23 septembre. Logés sur la propriété dans les bâtiments mis à leur disposition, ces coupeurs professionnels spécialisés dans la cueillette des fruits constituent une main d’oeuvre d’une grande précision très précieuse pour le domaine et la qualité de ses vins.Ch‰teau Montrose, 7 octobre 2010

Diner des châteaux de Saint-Estèphe, samedi 7 septembre, inscrivez-vous!

 

 

Le soir du marathon, le Syndicat Viticole de Saint-Estèphe organise une soirée conviviale « le diner des châteaux de Saint-Estèphe », devenue au fils des années un rendez-vous incontournable pour les amateurs de vins, participants ou non à la course.

Esprit de fête et de partage à Saint-Estèphe

Depuis sa naissance il y a 35 ans, le marathon du Médoc relève le pari fou d’associer le vin, le sport, la fête et la santé!. Chaque année, près de 8000 participants, de toute nationalité, viennent goûter aux joies de l’effort, mais aussi aux plus belles spécialités du Médoc. Après l’effort, le réconfort se traduit par un programme varié. L’appellation Saint-Estèphe joue le registre des accords mets&vins sur fond de musique et d’ambiance festive.

Une rencontre avec les viticulteurs de l’appellation

Amateurs, marathoniens ou oenophiles sont attendus à partir de 19h00 et accueillis par les viticulteurs de l’appellation par une dégustation suivie d’un dîner convivial et animé. C’est dans une ambiance festive, rythmée par la musique, les nombreux lots de bouteilles à gagner et les échanges entre les tables que les convives découvriront et apprécieront les grands vins de Saint-Estèphe accompagnés d’un menu gastronomique.

Renseignements et réservation
INSCRIVEZ-VOUS !
Maison du Vin de Saint-Estèphe
Par téléphone : +33 5 56 59 30 59
Par mail : mv-se@wanadoo.fr

Tarif : 45€TTC par personne Grands Vins de Saint-Estèphe compris.

Programme :
Samedi 7 septembre à l’Espace Guyonnaud à Saint-Estèphe
A partir de 19h00 : dégustation et rencontre avec les viticulteurs
20h30 : diner animé et dansant-Nombreux lots de bouteilles à gagner
Animation musicale : « duo live sax » guitare, chant, karaoké

Vin et Jazz. Château Montrose ouvre le festival Jazz And Wine Bordeaux avec Kenny Garrett Quintet le 4 juillet à 21h

Première pour le Château Montrose qui reçoit dans son chai le célèbre jazzman Kenny Garrett pour un concert exceptionnel le 4 juillet 2019 à 21h

Jazz And Wine Bordeaux à Montrose, vin et musique au diapason

JAZZ AND WINE BORDEAUX associe chaque été les propriétés les plus célèbres du Bordelais aux plus grands artistes de la Planète Jazz.
L’alliance de ces deux traditions a fait de Jazz And Wine Bordeaux un concept unique dont la réputation est désormais internationale tant par la renommée des châteaux que celles des musiciens invités.
Depuis la création de cet événement en 2006, les artistes les plus exceptionnels ont marqué de leur présence les éditions successives. Parmi eux, Keith Jarrett, Herbie Hancock, Pat Metheny, Charles Lloyd, Jack Dejohnette, Joe Lovano, Ambrose Akinmusire.
Cette année, la venue du saxophoniste Kenny Garrett à Château Montrose en ouverture de la 14ème édition du festival Jazz And Wine Bordeaux constitue une première pour tous.

Kenny Garrett à Château Montrose pour une soirée estivale unique de partage

Figure essentielle du Jazz aujourd’hui, le saxophoniste KENNY GARRETT est né à Détroit, où il a débuté sa carrière professionnelle dans l’Orchestre de Mercer Ellington. Par la suite, il s’est aguerri auprès de ses prestigieux aînés, en côtoyant des géants tels que Freddie Hubbard, Art Blakey, McCoy Tyner, Ron Carter ou Marcus Miller. Sa participation au groupe de Miles Davis pendant 5 ans va marquer une étape décisive dans sa carrière et le propulser définitivement sur la scène internationale. En tant que leader, il a produit sous son nom 11 albums, tous porteurs de ses propres compositions. Il a été à plusieurs reprises nominé aux « Grammy Awards ».
Le Quintet de Kenny GARRETT réunit autour de lui Vernell BROWN au piano, Corcoran HOLT à la contrebasse, Samuel LAVISO à la batterie et Rudy BIRD

Château Montrose, un lieu unique

Classé 2ème Grand Cru en 1855, Château Montrose bénéficie d’une situation géographique exceptionnelle à Saint-Estèphe, face à l’estuaire de la Gironde. Son vignoble de 95 ha, profite ainsi des bienfaits modérateurs de la proximité de cette immense étendue d’eau lors des étés très chauds et les printemps gélifs. Son terroir d’un seul tenant lui confère un avantage rare et inestimable dans la région.
Depuis son rachat en 2006 par Martin et Olivier Bouygues, l’ensemble du domaine a connu un vaste programme de rénovation avec des objectifs environnementaux très rigoureux, traduisant la volonté des nouveaux propriétaires de préserver les richesses naturelles de Montrose, de perpétuer la qualité de ce Grand Cru Classé et d’en faire un modèle en matière de technique viti-vinicole et de développement durable.
Dirigées par Hervé Berland, les équipes de la propriété partagent une même philosophie de travail : le respect du terroir et la recherche de l’excellence. Le domaine produit un grand vin : le Château Montrose, une 2nde sélection : La Dame de Montrose et un 3ème vin : le Tertio de Montrose.

Informations utiles :
Kenny Garrett en concert à Château Montrose
Jeudi 4 juillet à 21h

Tarif: 30€ (gratuit pour les moins de 14 ans)
Ouverture des portes à 20h15
Concert suivi d’une dégustation de Château Montrose
Billetterie : FRANCE BILLET (FNAC, Carrefour, Géant Casino, Super U, Intermarché) TICKET MASTER (Cultura, Leclerc, Auchan)

Château Doyac en troisième année de conversion en biodynamie

Ce cru bourgeois du haut-médoc affiche sérénité et confiance en l’avenir et poursuit son chemin vert avec pour cette année la validation attendue de son engagement, la certification Demeter.

Retour sur 2018, une année éprouvante mais exceptionnelle

Cette année, Château Doyac, propriété située sur le plateau argilo-calcaire de Saint-Seurin de Cadourne,  voisin du Château Sociando-Mallet, entame avec sérénité sa troisième année de conversion de son vignoble en culture biodynamique et sa quatrième année en bio. Malgré les conditions climatiques du printemps 2018 particulièrement difficiles en raison de la menace du mildiou liée aux nombreuses pluies, la vigne a bien réagi et a démontré sa capacité à s’adapter et à développer ses propres défenses. Certes, 2018 a mis à rude épreuve le vignoble et a demandé une forte mobilisation. Si les nombreux passages dans les vignes, l’effeuillage rigoureux devant les grappes de raisins pour faciliter le séchage et des travaux sur les sols ont permis de stabiliser la situation, le retour du temps chaud et sec à partir de juillet a mis un terme définitif à la pression sanitaire. Finalement la propriété note une baisse des rendements de l’ordre de 20%. Cette baisse est largement compensée par la grande satisfaction qu’apporte la qualité exceptionnelle de la récolte. Max et Astrid de Pourtalès ainsi que leur fille Clémence venue rejoindre la propriété familiale en 2016, sont convaincus d’être sur la bonne voie et maintiennent leur cap, celui d’une viticulture qui tient compte de l’harmonie entre terre, plante et environnement et qui privilégie la biodiversité en intensifiant la vie organique.

Le choix d’une viticulture en biodynamie c’est « croire en la plante »

Pour la famille de Pourtalès, le vignoble montre des défenses naturelles plus élevées. Selon les conclusions d’une récente étude conduite par Jean Masson directeur de recherches à l’Institut National de la Recherche Agronomique de Colmar publiée dans la revue Scientific Reports, il est prouvé que « les défenses naturelles sont plus élevées dans les vignes conduites en biodynamie, quel que soit le climat et la pression de pathogène. » Une conclusion qui conforte la conviction de Château Doyac. En effet Max de Pourtalès constate une intensification des échanges entre le plant de vigne et l’environnement qui se traduit par une vitalité et une résistance plus importantes et qui sont améliorées par les échanges naturels entre le sol et les racines d’une part, et entre le ciel et les feuilles d’autre part. Les échanges entre les innombrables micro-organismes du sol et le système racinaire de la vigne ainsi favorisés optimisent l’expression du terroir dans les raisins et donc dans le vin.

Les Tisanes, décoctions et extraits fermentés pour la vigne sont préparés sur place

En 2018 pour lutter contre la forte pression du midiou, l’utilisation du souffre et du cuivre a été légèrement supérieure à 2017 mais elle est restée dans les normes Demeter autorisées (4kg/ha). Les nombreux passages de 501 (silice de corne), ont été complétés par la pulvérisation de tisanes. Si l’emploi d’extraits végétaux ne remplacent pas un traitement fongicide, il s’avère efficace dans la protection du vignoble en éloignant les insectes ravageurs, en stimulant la vitalité des plantes et en renforçant leur résistance face aux maladies, parasites ou accidents climatiques.

C’est le cas par exemple du Calendua officinal appelé également souci qui possède des propriétés  réparatrices et protectrices ou du pissenlit vecteur de soleil qui, pulvérisé dans les vignes par temps gris, sensibilise la plante à la lumière. Ou encore de l’achillée millefeuille très utile en biodynamie, une plante que l’on trouve partout et qui résiste à la sécheresse. Utilisée en tisane sur les vignes, elle aide à résister à la chaleur. Autre exemple, celui de l’ortie considérée en biodynamie comme la plante anti mildiou la plus efficace. La préparation à base d’ortie est ajouté au compost.

Une conviction sans faille pour la famille de Pourtalès qui s’investit quotidiennement dans son vignoble. Château Doyac, un des rares crus de sa catégorie à s’être engagé dans la conversion de son vignoble en biodynamie ne regrette pas ce choix et attend d’ici peu sa certification Demeter.

 

 

 

Primeurs 2018-Médoc, Haut-Médoc, Listrac-Médoc. Mardi 2 avril. Tonnellerie Nadalié à Ludon-Médoc

[dégustation réservée aux professionnels] Une centaine de châteaux des AOC Médoc, Haut-Médoc, Listrac-Médoc présente le millésime 2018 en dégustation continue de 9h à 18h à la tonnellerie Nadalié, mardi 2 avril. Et aussi Afterwork de 18h à 20h30 avec dégustation des livrables et bar des vins blancs du Médoc.

All day long tasting followed by an Afterwork from 6 to 8:30pm with tasting of different vintages, Bar of the Medoc white wines

Inscrivez-vous

PRIMEURS2018_AOC MEDOC-HAUT-MEDOC-LISTRAC_INVITATIONderV

Retrouvez les vins de Saint-Estèphe au Grand Tasting Paris vendredi 30/11 et samedi 1er décembre

le-grand-tasting_800x0Les vins de Saint-Estèphe vous donnent rendez-vous au salon Bettane&Desseauve « Le Grand Tasting » à Paris au Carrousel du Louvre, les vendredi 30 novembre et samedi 1 décembre 2018.

Pavillon « Saint-Estèphe » au N° 15 regroupe 6 châteaux :

¨ Château Cos Labory, grand cru classé

¨ Château De Côme, cru bourgeois

¨ Château La Haye

¨ Château Ségur de Cabanac

¨ Château Tour des Termes, cru bourgeois

¨ Château Tronquoy Lalande

Et aussi :

¨ Château Lafon-Rochet, grand cru classé, stand 54

¨ Château Le Boscq (Dourthe) stand 228

¨ Château Ormes de Pez (Domaines Jean-Michel Cazes) stand 49-50

¨ Château Phélan-Ségur, stand 126

 

Vendanges 2018 Château Doyac

 

Le point sur le vignoble en biodynamie du Château Doyac à la veille de la récolte 2018

DOYACMaxdePourtalesVigneMoto Le Château Doyac, cru bourgeois à Saint-Seurin de Cadourne continue sa route du bio à la biodynamie (2ème année de conversion en biodynamie)et se dit satisfait des résultats dont bénéficie le vignoble en deuxième année de conversion et ce, malgré des conditions climatiques du début de l’été plutôt difficiles. Cet engagement  pour la biodynamie le classe parmi les rares crus de sa catégorie à avoir fait le choix d’une viticulture qui tient compte de l’harmonie entre terre, plante et l’environnement.

Le vignoble résiste aux attaques de mildiou

 Les pluies régulières du mois de janvier ont permis de reconstituer les nappes phréatiques. Puis le froid qui a sévi en février a donné du repos à la plante. La vigne a poussé normalement grâce aux températures clémentes du printemps entraînant une belle sortie d’inflorescence sur l’ensemble des parcelles. Mais les fréquentes pluies du printemps et du début de l’été associées à des températures élevées par rapport aux normales saisonnières, ont provoqué une forte pression de la vigne avec le risque de développement du mildiou. N’utilisant que des produits de contact (principalement le cuivre et le souffre), les vignobles en bio et biodynamie peuvent être particulièrement sensibles au développement de ce champignon.  Au Château Doyac, Max de Pourtalès, son épouse Astrid et leur fille Clémence ont du redoubler de vigilance. Plusieurs passages dans les vignes avant chaque épisode pluvieux, un effeuillage rigoureux devant les grappes de raisins pour faciliter le séchage, les travaux sur les sols, ont permis de stabiliser la situation. Pour la famille de Pourtalès, les effets bénéfiques de la conversion en biodynamie ont été démontrés, le vignoble s’adapte progressivement, il retrouve son équilibre, s’auto-immunise et développe ses propres défenses. L’arrivée de la canicule a mis un terme à la crainte du mildiou.

Plus d’investissement en temps et en énergie mais plus de satisfaction

 Si cette année, en raison des conditions du printemps et de  la forte pression du midiou, l’utilisation du souffre et du cuivre a été légèrement supérieure à l’an passé, elle est restée dans les normes Demeter autorisées (4kg/ha). Les nombreux passages de 501 (silice de corne), complétés par la pulvérisation de tisanes ont  été efficaces pour la protection du vignoble.

Une très belle véraison et des vendanges prometteuses

 Le très bel été ensoleillé et chaud a permis une excellente véraison. En parcourant son vignoble, Max de Pourtalès constate avec plaisir que la qualité est bien au rendez-vous. Bien que les rendements s’annoncent un peu plus faibles (10% en moins), la famille de Pourtalès est convaincue d’avoir fait le bon choix et est  optimiste pour ces premières vendanges certifiées bio (certification en biodynamie Demeter prévue pour 2019). Les peaux sont épaisses, les dégustations des raisins sont prometteuses. La récolte devrait débuter le 24 septembre pour attendre une parfaite maturation phénolique.

A suivre …