Vendanges 2018 Château Doyac

 

Le point sur le vignoble en biodynamie du Château Doyac à la veille de la récolte 2018

DOYACMaxdePourtalesVigneMoto Le Château Doyac, cru bourgeois à Saint-Seurin de Cadourne continue sa route du bio à la biodynamie (2ème année de conversion en biodynamie)et se dit satisfait des résultats dont bénéficie le vignoble en deuxième année de conversion et ce, malgré des conditions climatiques du début de l’été plutôt difficiles. Cet engagement  pour la biodynamie le classe parmi les rares crus de sa catégorie à avoir fait le choix d’une viticulture qui tient compte de l’harmonie entre terre, plante et l’environnement.

Le vignoble résiste aux attaques de mildiou

 Les pluies régulières du mois de janvier ont permis de reconstituer les nappes phréatiques. Puis le froid qui a sévi en février a donné du repos à la plante. La vigne a poussé normalement grâce aux températures clémentes du printemps entraînant une belle sortie d’inflorescence sur l’ensemble des parcelles. Mais les fréquentes pluies du printemps et du début de l’été associées à des températures élevées par rapport aux normales saisonnières, ont provoqué une forte pression de la vigne avec le risque de développement du mildiou. N’utilisant que des produits de contact (principalement le cuivre et le souffre), les vignobles en bio et biodynamie peuvent être particulièrement sensibles au développement de ce champignon.  Au Château Doyac, Max de Pourtalès, son épouse Astrid et leur fille Clémence ont du redoubler de vigilance. Plusieurs passages dans les vignes avant chaque épisode pluvieux, un effeuillage rigoureux devant les grappes de raisins pour faciliter le séchage, les travaux sur les sols, ont permis de stabiliser la situation. Pour la famille de Pourtalès, les effets bénéfiques de la conversion en biodynamie ont été démontrés, le vignoble s’adapte progressivement, il retrouve son équilibre, s’auto-immunise et développe ses propres défenses. L’arrivée de la canicule a mis un terme à la crainte du mildiou.

Plus d’investissement en temps et en énergie mais plus de satisfaction

 Si cette année, en raison des conditions du printemps et de  la forte pression du midiou, l’utilisation du souffre et du cuivre a été légèrement supérieure à l’an passé, elle est restée dans les normes Demeter autorisées (4kg/ha). Les nombreux passages de 501 (silice de corne), complétés par la pulvérisation de tisanes ont  été efficaces pour la protection du vignoble.

Une très belle véraison et des vendanges prometteuses

 Le très bel été ensoleillé et chaud a permis une excellente véraison. En parcourant son vignoble, Max de Pourtalès constate avec plaisir que la qualité est bien au rendez-vous. Bien que les rendements s’annoncent un peu plus faibles (10% en moins), la famille de Pourtalès est convaincue d’avoir fait le bon choix et est  optimiste pour ces premières vendanges certifiées bio (certification en biodynamie Demeter prévue pour 2019). Les peaux sont épaisses, les dégustations des raisins sont prometteuses. La récolte devrait débuter le 24 septembre pour attendre une parfaite maturation phénolique.

A suivre …

 

 

 

 

les actu Vendanges 2017 avec Antoine Médeville et son équipe

imag1710

Les actu Vendanges 2017 avec Antoine Médeville et son équipe

Les vendanges sont à présent terminées dans le Médoc où les tous derniers raisins ont été récoltés au début de la semaine dernière. La presqu’île retrouve sa quiétude et se pare des couleurs de l’automne tandis que les chais sont encore en ébullition.

Les Cabernets les plus tardifs sont désormais en cuve, alors que les premiers lots de Merlots terminent leurs cuvaisons. Arrive alors l’une des étapes décisives de chaque nouveau millésime : les écoulages. Après le choix d’encuvage des parcelles décidé à la dégustation des baies, l’écoulage constitue la deuxième étape dans la construction du nouveau millésime. Moment clé au cours duquel nous avons la tâche complexe d’assembler les différents lots et tirer le meilleur de chacun.  C’est un travail minutieux qui se construit lors de chacun de nos deux passages hebdomadaires. Suivre l’évolution des cuves nous permet d’apprécier au mieux la complémentarité de chacune et d’optimiser cette étape fondamentale.

Une fois les écoulages terminés, la qualité des vins sera faite et les marges de manœuvre beaucoup plus faibles. De façon simplifiée, il s’agit d’un pré-assemblage qui sera finalisé lors des assemblages de fin d’année.

Nous constatons lors de ces dégustations que les vins se sont bien « remplis » : Ils ont pris du volume sous l’influence de la température conjuguée au brassage quotidien des lies et la libération des polysaccharides qu’elles contiennent. Une fois la fermentation malo-lactique faite, les vins gagnent en équilibre sans perdre cette bonne acidité apportant de la fraîcheur.

Même si l’on note une certaine hétérogénéité en fonction des secteurs, nous dégustons de jolis lots qui laissent entrevoir de beaux vins au moment des assemblages.

 

Millésime 2017-vendanges au château Doyac-Haut-Médoc-vignoble-conversion en biodynamie

Les vendanges commencent au château Doyac

Après les nombreux passages dans le vignoble à inspecter les raisins, à déguster les baies, Max et Astrid de Pourtalès, leur fille Clémence et leur œnologue-conseil, Marco Balsimelli (laboratoire œnologique Eric Boissenot), ont décidé de débuter la récolte ce lundi 18 septembre. Pour Marco, le vignoble est dans un état sanitaire encore parfait et les raisins sont à bonne maturité. Une date qui tient également compte de la forte proportion du merlot (80%) de ce  vignoble d’une superficie de 27 ha situés sur la partie argilo-calcaire de la commune de Saint-Seurin de Cadourne. CP les vendanges débutent au Château Doyac 18 09 2017

 

Millésime 2017-Le point sur le vignoble avec les oenologues d’Oenoconseil

imag1702

Vendanges 2017-Les ‘Actu-Matu’ au 15 septembre.Une partie des merlots est déjà en cuve pour l’ensemble des appellations médocaines. De jeunes vignes pour la plupart, mais aussi certaines parcelles dont l’évolution de la maturité (notamment phénolique et gustative) ne permettait plus d’espérer d’amélioration. Au vignoble, c’est le début des compromis : La météo capricieuse de cette dernière semaine nécessite de nombreuses heures à examiner, déguster, se concerter pour déterminer quelles parcelles peuvent encore évoluer positivement. Un travail minutieux qui nous a permis de délivrer des conseils personnalisés pour chaque propriété et extraire le meilleur de chaque terroir. Lire la suite « Millésime 2017-Le point sur le vignoble avec les oenologues d’Oenoconseil »

Les ‘Actu-Matu’ du millésime 2017 avec les oenologues d’Oenoconseil.

Chaque semaine retrouvez l’actualité sur la maturité du millésime 2017 avec les oenologues Antoine Médeville, Emilien Delalande et Thomas Marquant

Le point sur le vignoble dans les’Actu Matu’ N°5 :Oenoconseil – Point Matu 5 09082017

Actu-Matu N°4: Oenoconseil – Point Matu 4 09012017

Actu-Matu N°3: Oenoconseil – Point Matu 3 08242017

Actu-Matu N°2: Oenoconseil – Point Matu 2 17082017

Actu-Matu N°1: Oenoconseil – Point Matu 08082017

imag1702

Millésime 2016 au Château Fleur La Mothe

edouard-massie-henri-boyer-antoine-medeville

Millésime 2016, le point au château Fleur La Mothe avec les 3 oenologues consultants, Edouard Massie, Henri Boyer et Antoine Médeville, co-propriétaires de ce Cru Bourgeois depuis son rachat en 2008

 Après la grêle en 2014, et une belle relance en 2015, 2016 semble être le millésime de la consécration du Château Fleur La Mothe, fruit du travail accompli depuis le rachat en 2008.

 Des efforts toujours soutenus au vignoble

Cette année encore, les techniques culturales ont été affinées de façon parcellaire afin de tirer le meilleur de chacune d’elles. Des essais de travaux des sols combinés ont permis d’établir plusieurs stratégies et d’intervenir ainsi différemment en fonction de la période et de l’objectif. Résultat : des parcelles équilibrées, avec un enracinement et une surface foliaire proportionnées, pour produire le meilleur raisin possible. Lire la suite « Millésime 2016 au Château Fleur La Mothe »