peste_noire_changement_climatique

La crise actuelle du Coronavirus nous rappelle que l’Humanité n’est toujours pas délivrée des grandes épidémies. Une occasion de revenir sur l’histoire de Bordeaux et de son vignoble en 1348, année de la Peste noire. Première épidémie réellement bien documentée par les sources historiques, elle fut foudroyante et entraîna des bouleversements structurels dans la société du Moyen-Age. Venue d’Asie, elle se propagea par les voies commerciales, maritimes, fluviales et terrestres à toute l’Europe en seulement trois ans et décima entre 1/3 et la moitié de la population européenne. Quel fut l’impact de ce fléau sur le vignoble bordelais qui depuis le 13ème siècle connait une embellie sans précédent liée à ses exportations de vins vers l’Angleterre?

Bordeaux et son vignoble à la veille du fléau
Le fléau débarque dans une ville riche de son statut de capitale du duché d’Aquitaine mais fragilisée par les incessantes opérations militaires de la Guerre de Cent ans (1337-1453) entre les rois d’Angleterre et de France. Dès le XIIIe siècle, l’essor économique de Bordeaux s’explique par une extension de son domaine viticole face à la demande croissante liée aux échanges avec l’Angleterre. Au début du XIVe siècle, pour l’année 1308-1309, les comptes des registres du commerce du vin affichent des chiffres éloquents avec une production de 102 724 tonneaux de vins (environ 850 000 hectolitres). Mais cette prospérité connait des fluctuations. En 1335, à la veille des vendanges, les conflits militaires reprennent pour une durée de 9 ans et gênent considérablement le transport des vins du haut pays soumis aux taxes douanières. De ce fait les recettes provenant des « coutumes » liées aux exportations de vins diminuent. Entre 1335 et 1336 la production a baissé de 80% (74 053 tonneaux de vin exportés après la vendange 1335 contre 16 053 après la vendange de 1336). Le coût de la guerre, la destruction des vignes, les villages brûlés obligeant les paysans à fuir pour se réfugier à l’intérieur des murailles protectrices de la ville, expliquent cette baisse de production.
Alors que les bordelais jouissent d’une trêve et en profitent pour remettre en état leurs vignobles endommagés par les conflits de la guerre, l’année précèdent l’arrivée de la Peste noire, Bordeaux et son vignoble sont victimes des mauvaises conditions climatiques. Les inondations de 1347 provoquent une mauvaise récolte qui se traduit par une disette et une famine accentuées par la quasi-monoculture de la vigne. C’est dans ce contexte que « la mortalitat » nom désignant l’épidémie dans les documents de l’époque, s’abat sur Bordeaux déjà affaiblie et frappe sans discontinuer pendant dix mois.

Une propagation foudroyante

big

Provenant d’Asie et importée en Occident par un navire génois qui accoste à Marseille en janvier 1348, la Peste noire, galopante, foudroyante, dissémine sa bactérie mortelle de port en port, de ville en ville au grès des échanges commerciaux et des mouvements des populations fuyant la guerre. De Marseille, elle atteint Carcassonne en mai, remonte la Garonne et débarque à Bordeaux au début de l’été 1348. Elle continue sa route macabre un peu partout en Europe et touche l’Angleterre à l’automne. Le « mal noir », nom donné par les contemporains à la peste en raison des taches foncées sur les corps des malades, n’est pas connue des médecins qui restent démunis face à cette maladie dont ils ignorent tout y compris son vecteur, les puces des rats noirs. Il y a bien eu un précédent avec la Peste Justinienne qui a frappé l’Occident au VIe-VIIIe siècles mais le fléau avait disparu ne laissant pas de traces dans la mémoire des populations. Faute de traitements efficaces on explique la maladie par l’expression de la colère divine, l’infection de l’air et des eaux.

Une catastrophe démographique aux multiples conséquences
« En ce temps, par tout le monde généralement une maladie qu’on claime épidémie courait, dont bien la tierce partie du monde mourrut. » témoigne Jean Froissart dans ses Chroniques.
La peste frappe davantage les villes que les campagnes car la concentration y est plus dense. La promiscuité, le manque d’hygiène dans les rues où l’on déverse les immondices et la présence des rats infestés qui transmettent la maladie de quartier en quartier sont autant de facteurs favorables à la propagation du fléau. Ceux qui vivent en communauté sont les premiers touchés. Sur les 20 chanoines du chapitre de Saint-Seurin, 12 sont victimes de la peste. Mais la maladie ne fait pas de distinction et frappe toutes les catégories sociales, des paysans aux seigneurs, du médecin venu soigner le malade au notaire qui a rédigé son testament, sans épargner le prêtre qui a donné l’absolution et jusqu’au fossoyeur dernier maillon d’une chaîne mortifère. On murmure qu’à Bordeaux ville de 30 000 habitants « on compte plus de morts que de vivants ». Cette diminution brutale de la population a des conséquences sur la structure de la société du Moyen-Age : des conséquences psychologiques, intellectuelles et artistiques avec par exemple l’apparition du mouvement des Flagellants qui cherchent à attirer la clémence du ciel, ou celle des thèmes macabres dans l’art et aussi une tendance à une religion plus superstitieuse ; des conséquences politiques et militaires avec l’interruption des guerres dans l’ensemble de l’Europe ; des conséquences économiques avec la chute des revenus de la ville et sociales avec la raréfaction de la main d’œuvre, la hausse des salaires, la naissance d’une catégorie qui s’enrichit grâce aux acquisitions foncières à moindre coût et une concentration du patrimoine.

La chute du commerce des vins
Pour Bordeaux, qui représente un des pôles les plus actifs en Europe avec le commerce du vin, la Peste noire est synonyme de catastrophe économique et financière. Son trafic subit un effondrement de 80 à 90% par rapport aux premières années du XIVe siècle. Le registre de la Grande Coutume illustre parfaitement cette chute vertigineuse. Le nombre de tonneaux exportés tombe en 1348/1349, après la vendange 1348, à 5 923 (il était de 16 577 en 1336-1337). Un chiffre qui s’explique par le manque de main d’œuvre. Bordeaux est à l’arrêt.

La promesse « que jamais no guerpira »

Au-moyen-age-ils-se-sont-dit-oui_i480Les tenanciers ont déserté leurs vignes, ils ne sont plus assez nombreux pour assurer les travaux, il n’y a plus de vendangeurs pour récolter les raisins. Un peu partout dans le vignoble bordelais les habitants morts ou réfugiés en ville ont laissé des terres désertes « per las guerras et mortalitads que son estadas ». De ce fait la seigneurie a du mal à percevoir les redevances en nature et en argent.
Il faut imaginer Bordeaux, ville entourée de son enceinte du XIVe siècle en dehors de laquelle s’étend son vignoble suburbain. Une mer de vignes dessine un paysage de parcelles aux dimensions irrégulières en forme de rectangle plus au moins allongé, bordées d’aubarèdes et vimeneys qui poussent au bord des cours d’eau, et reliées entre elles par un réseau de chemins assez larges pour permettre le passage des charrettes. Ces parcelles sont cultivées par les tenanciers qui occupent différents métiers, artisans, commerçants ou laborador de vinha. Chaque jour ils franchissent l’une des portes des murs de la ville, empruntent l’un des nombreux chemins pour se rendre sur leurs parcelles. Au XIVe siècle Bordeaux est divisée en 10 paroisses, certaines à l’intérieur des murs mais d’autres semi-rurales s’étendent à l’extérieur. Au-delà des murs, des portes et des fossés, la vigne est reine de ce territoire qui lui est quasiment réservé et que l’on appelle las grabas de Bordeu. Il s’agit donc des premières « Graves » que l’urbanisation au fil du temps a repoussées plus au sud. Les archives gasconnes révèlent des faubourgs situés à l’extérieur des remparts de la ville, anéantis par la peste. C’est le cas du faubourg Saint-Julien (actuelle place de la Victoire) qui ne s’est apparemment jamais remis du fléau dévastateur. 15 ans après la Peste noire, les maisons du village Saint-Julien « sont encore à l’état déserts » : point d’héritiers, point « d’autres personnes » qui aient fait valoir leurs droits. Les nombreux actes de renouvellement de baux à fief nouveaux témoignent des tenures abandonnées ou en déshérence faute d’héritiers. La Peste noire aura pour effet de réduire l’émiettement de la propriété foncière. Face à cette crise, les seigneurs tentent de lutter contre l’abandon des tenures. De nouvelles formules apparaissent dans les actes. Outre les obligations de cultiver la vigne, le tenancier doit promettre que jamais no gurpira. Par la suite la vigne dévastée ou nouvellement plantée, oblige les seigneurs à accepter des modérations de cens pour soulager les tenanciers.

La reprise

5d91faff64a3ee3fd297d24c0c1c29c0

Puis « La grand’mort » s’éloigne aussi subitement qu’elle est arrivée sans disparaitre complétement pour autant. Souvent associé à la famine, aux guerres et aux mauvaises récoltes, le fléau revient par vague frapper Bordeaux et sa campagne tout au long du XIVe et des siècles suivants. Il faudra attendre le XVIe siècle pour voir apparaître les premières mesures et législations sanitaires qui ont posé les bases à l’élaboration de notre système de santé actuel. Les épidémies suivantes moins meurtrières que la Grande Peste de 1348 n’ont pas empêché Bordeaux de poursuivre son développement économique lié à la production viticole. Dès 1349, les chiffres des tonneaux de vins exportés attestent d’une belle reprise : 19 629 en 1352-1353. Bordeaux se redresse et accueille une population venue des régions voisines moins touchées par la mortalité pour remplacer la main d’œuvre manquante dans les vignes. Le vignoble restauré après les opérations de guerre en 1337-1341 est de nouveau en pleine production. Bordeaux maintient son emprise foncière sur sa campagne en continuant de développer non seulement son vignoble suburbain situé aux alentours immédiats de ses murailles mais aussi péri-urbain plus au sud et dans le Médoc. Progressivement des unités géographiques se distinguent et déboucheront sur la notion de « terroir ». Si la Peste noire laisse pour longtemps un traumatisme dans la société, Bordeaux et son vignoble ont poursuivi la route de leur destinée.

Catherine di Costanzo

Quelques références sur le sujet:

• Lavaud S. (2003) : Vins de Bordeaux au Moyen-Age, naissance d’une civilisation
• Renouard Y. (1965) : Bordeaux sous les rois d’Angleterre
• Renouard Y. (1948) : « Conséquences et intérêts démographiques de la Peste noire de 1348 » In : Population, 3ème , 1948.
• Barry, S., Gualde, N. (2007), « La peste noire dans l’occident chrétien et musulman, 1346/1347-1352/1353 » Dominique Castex D., Cartron I., (2007)
• Boutruche, R. (1963) : La crise d’une société. Seigneurs et paysans du Bordelais pendant la Guerre de Cent Ans, Paris.
• Castex D., Cartron, I. dir (2007) : Épidémies et crises de mortalité du passé, Ausonius éditions, Pessac 2007